jeudi 6 décembre 2018

La plèbe gronde !


La Liberté guidant le Peuple de Delacroix

Comme un retour au Moyen-Age, de l'avènement d'une barbarie des temps modernes.

Je suis frappé par la terminologie journalistique qui nous parle de fronde et de jacquerie en parlant des "Gilets jaunes". 


Nous ne sommes plus des serfs taillables et corvéables à merci !

Et, un parallèle est rapidement fait avec les états généraux initier par le roi  et les cahiers de doléances qui font remonter à Paris les douleurs et souffrances du peuple. 


A l'époque, le peuple croule sous les taxes et les impôts, le dîme et la gabelle, les péages sont légions au royaume de France.
Aujourd'hui, rien n'a changé, le roi-président au Palis de l'Elysée taxe et taille à loisirs la plèbe besogneuse.
Louis XIV l'avait compris, il est l'initiateur de l'impôt moderne et il disait à son ministre qui se morfondait pour remplir les caisses de l'état : "Nous prendrons aux pauvres, ils sont plus nombreux !" Les riches ne doivent pas être impactés, ce sont eux qui soutiennent le pouvoir.


Le peuple, c'est la démocratie !

De démos = peuple et cratie = pouvoir, le pouvoir du peuple.

J'entends également de nombreuses confusions sur le mot politique.
Il y a le politique et la politique. 
Le politique, c'est l'affaire du citoyen qui donne son avis et son pouvoir dans la cité. Il participe à l'organisation politique du pays.
La politique est l'affaire d'hommes et de femmes qui en ont fait leur profession et leur gagne-pain.

Nous citoyens"Gilets jaunes", nous sommes partie prenante DU POLITIQUE pour infléchir la politique politicienne !

De ce fait, aucun mouvement, aucun syndicat n'est apolitique !

Jean-Louis Aguilar / citoyen français



mercredi 28 novembre 2018

Une semaine en jaune par Michel ONFRAY



Tout à leur entreprise de désinformation, les chaînes qui tournent en boucle leur propagande anti-Gilets jaunes ont commencé la semaine en faisant savoir que, le lundi, la mobilisation avait beaucoup baissé, que les occupations étaient moins nombreuses, etc, etc. Faut-il préciser à ces néo-journalistes que ce petit peuple exprimant sa souffrance ne peut manifester sur la longue durée comme peuvent le faire les fonctionnaires? Certes les agents de l’Etat perdent de l’argent (quand le syndicat ne négocie pas, c’est parfois dans son plan, un paiement du temps de certains jours de grève…), mais jamais leur travail. Alors que les Gilets jaunes perdent et de l’argent et leur travail s’ils s’installent durablement sur les ronds-points parce qu’ils ont une profession modeste, voire un employeur qui n’hésiterait pas à les licencier si d’aventure ils ne venaient pas travailler. Pour les Gilets jaunes, c’est la double peine. Mais les néo-journalistes préfèrent titrer sur "le mouvement qui s’essouffle" dès le premier jour de la semaine.

  Ensuite, ils insistent sur les accidents causés par les Gilets jaunes. Là aussi, là encore, il s’agit de discréditer le mouvement. Il ne vient pas à l’idée de ces néo-journalistes que ce sont la plupart du temps non pas des accidents causés par les Gilets jaunes mais par ceux qui refusent les Gilets jaunes! Car le filtrage, et non l’immobilisation, exige des gens un peu de leur temps et non, comme il fut dit, des nuits passées dans des véhicules. De sorte que ceux qui s’énervent parce qu’on les ralentit et le font savoir de façon agressive, parfois en fonçant dans la foule, font naître l’énervement des Gilets jaunes. Il y a toujours un internaute bien inspiré qui filme et met en ligne afin de faire savoir que tel incident dans tel endroit est représentatif de la totalité du mouvement de revendication. La création d’un hashtag pour mettre en ligne toutes ces scènes bout-à-bout fait les choux gras de cette télévision qui jouit de relayer les éléments de langage venus de l’Elysée et du ministère de l’Intérieur: ce mouvement est entièrement raciste, totalement antisémite et absolument homophobe!

Par ailleurs, la valse des récupérations ayant commencé, il est de bon ton d’associer ce mouvement qui n’a pas de chef, pas de tête, donc pas de leader à acheter ou à qui proposer un poste dans une commission, une entrée au Conseil d’Etat ou un statut de chargé de mission très bien rémunéré, on souligne, surligne, puis souligne et surligne encore, que le mouvement procède de Marine Le Pen, donc, à l’aide de force joffrinades, du nationalisme, du vichysme, du pétainisme, du fascisme.

   C’est dans cet ordre d’idée que BHL commente le mouvement. Il tient les mêmes propos que Castaner. Dans une dégustation à l’aveugle, on pourrait douter de qui est qui! A part dans les dictatures brunes ou rouges, c’est un cas rare de philosophe qui se fait le ventriloque d’un ministre de l’Intérieur –ou l’inverse.

En clôture de la convention nationale du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), BHL a expliqué "qu’il s’est là incontestablement passé quelque chose". Nous étions le dimanche 18 novembre, la veille, il avait pourtant écrit dans un tweet: "Poujadisme des Gilets jaunes. Échec d’un mouvement qu’on nous annonçait massif. Irresponsabilité des chaînes d’info qui attisent et dramatisent. Soutien à Macron, à son combat contre les populismes et à la fiscalité écolo." (17 novembre 2018) Il est vrai que le lendemain, il écrivait aussi: "Il s’est passé quelque chose de très important. Parce qu’un mouvement est inorganisé, auto-organisé, sans chef, il serait sans lendemain, sans identité politique? Je ne crois pas. S’est produit, hier, un événement politique majeur." Le 17, ce mouvement était un "échec"; le lendemain, il est "majeur"… C’est sur cette ligne que BHL continue. Son discours mobilise la Critique de la raison dialectique de Jean-Paul Sartre et Mythologies de Roland Barthes, L’Iliade d’Homère et l’Ethique à Nicomaque d’Aristote, le Gorgias de Platon et la Septante, l’Ancien Testament et le Talmud, Les Passions de l’âme de René Descartes ("de mémoire l’article 202", dit-il car, bien évidemment, il en connaît les 212 articles par cœur…), l’Ethique de Baruch Spinoza et le Léviathan de Thomas Hobbes, Jean-Claude Milner et Drieu la Rochelle, pour accoucher d’une souris phénoménologique: les Gilets jaunes, ce sont les ligueurs fascistes de 1934… 

   Or ces Gilets jaunes sont juste des gens qui, quand les casseurs ne les infiltrent pas avec la bénédiction du pouvoir, sont juste des gens modestes qui font savoir qu’à l’approche de Noël ils vont avoir du mal à offrir des cadeaux à leurs enfants ou à leurs petits enfants. Sont-ce des fascistes qui veulent abolir la République? Non. Ce ne sont rien d’autres que des citoyens qui veulent la restaurer depuis que l’Etat maastrichtien l’a abolie…

   On ne me fera pas croire que le pouvoir n’apporte pas son soutien aux casseurs. Car, la chose était visible sur toutes les télévisions qui retransmettaient l’événement en direct: ce pouvoir a laissé certains individus dépaver l’avenue des Champs-Elysées sans intervenir et ce, comme par hasard, devant les caméras de télévision! Il me semble que, si l’on voit des gens desceller des pavés, ça n’est pas pour emporter un souvenir de Paris chez eux mais, comme la suite l’a montré, pour les envoyer sur la police. Le mieux, pour éviter qu’un pavé ne parvienne sur le visage d’un CRS, c’est de le laisser là où il est, à savoir dans la rue, et d’empêcher les dépaveurs de préparer leur forfait en présence des caméras de BFM! Par ailleurs, on ne parviendra pas à me convaincre que les forces de l’ordre ne pouvaient pas encercler ces manifestants violents afin de les interpeller si l’ordre leur avait été donné. Ils ne l’ont pas fait, c’est donc que le pouvoir voulait que ceux-là dépavent et jettent ensuite leurs pavés sur les forces de l’ordre et sur les magasins. Le lendemain d’ailleurs, les chaînes que l’on sait faisaient des micros-trottoirs devant les boutiques de luxe dont les vitrines avaient été cassées –probablement au pavé…– pour ne sélectionner que des témoignages de déploration!  "C’est une honte!", "Quelle image donne-t-on à l’étranger?", "Quelle misère de détruire ainsi des instruments de travail!", etc.

   Le pouvoir veut discréditer le mouvement, c’est entendu. Cachant mal leur joie, les journalistes n’ont cessé de poser la question: "Est-ce que le mouvement qui bénéficie d’un fort soutien dans la population conservera cette faveur après ce déchaînement de violence?", comme il fut dit d’une chaîne l’autre. On voyait bien que les néo-journalistes se retenaient d’ajouter: "On espère bien qu’il va le perdre, ce soutien, d’ailleurs on fait tout pour ça, c’est notre boulot et on est payés pour ça…"

   Tous ceux qui veulent absolument fasciser le mouvement n’imaginent pas ce qu’est une vie modeste ou une vie de pauvre. Gérald Darmanin, par exemple, qui endosse la soutane de l’abbé Pierre pour mieux cacher sa peau de requin de la politique politicienne, feint de comprendre que la vie est dure pour les gens puisque la note moyenne d’un restaurant parisien est de 200 euros sans les vins –ça, ce sont les cantines du patron de Libé ou de BHL, sinon du journaliste Maurice Szafran [1], mieux connu pour ses notes de frais que pour son œuvre complète…

   Il y eut ensuite Nicolas Hulot effectuant "sa rentré politique" comme il fut dit –ce qui paraît bien étrange de la part de quelqu’un qui a fait savoir qu’il ne faisait pas de politique et qu’il continuerait à ne pas en faire! Cet homme qui prophétise la fin de la planète à cause du moteur de voiture des pauvres possède neuf véhicules: six voitures, une moto, un bateau, un scooter. Détaillons: une grosse cylindrée BMW, une Volkswagen, un Peugeot Boxer, autrement dit un petit camion, un très polluant Land Rover, une vieille 2 CV qui pollue comme à l’époque et un autre véhicule non précisé. Son bateau est à moteur, sa moto BMW n’est pas à voile et son scooter, parce qu’il est électrique, fonctionne à l’énergie nucléaire –donc avec l’aide des centrales atomiques… Il comprend bien la misère des gens (ça, c’est pour rester dans le Top 10 des Français préférés, à choisir dans une liste de dix noms de Français préférés…), mais il comprend mieux encore la misère de la planète. Faut-il lui rappeler, à monsieur l’ex-ministre, qu’une infime partie seulement des taxes prélevées sur le plein d’essence des Français pauvres ira à la transition écologique?

 Que deviendra le restant [2]? Il servira à équilibrer le budget exigé par l’Etat maastrichtien. Après avoir fait des cadeaux aux riches et s’être ainsi privé des ressources de l’impôt sur la fortune, le président Macron doit bien prendre de l’argent quelque part, d’où le racket sur les pompes à essence: ce sont en effet les pauvres qui paient à la place des riches –on comprend que les riches et leurs amis éditorialistes et journalistes qui mangent dans les restaurants où l’on croise Gérald Darmanin aient intérêt à expliquer en long, en large et en travers que ces salauds de pauvres qui aimeraient pouvoir acheter des cadeaux à leurs enfants au prochain Noël sont assimilables aux ligueurs fascistes de 1934!

  Cette semaine s’est donc terminée avec la manifestation des Champs-Elysées. On  a vu combien le pouvoir et la presse, le pouvoir de la presse et la presse du pouvoir, ont passé leur temps à discréditer le mouvement. Il y eut un moment de vérité sidérant sur BFM, où un journaliste a clairement commenté les chiffres donnés par Castaner : "Ces chiffres sont ceux du ministère, a priori (sic) il n’y a aucune raison de les contester!" Il était 18h30, il fallait siffler la fin de la récréation: la journée fut donc bel et bien une affaire d’extrémistes de droite et de gauche. Comme les médias et les politiciens ont abondamment usé de l’élément de langage "extrême-droite" et qu’on ne sait plus comment nommer la véritable extrême-droite, on se met désormais à parler d’"ultra-droite"!  La journée avait donc été une journée parisienne de violence à cause de l’ultra-droite elle même pilotée par l’extrême droite. C’était donc encore un coup du maréchal Pétain –BHL nous avait prévenus…

   Pour ma part, je n’ai jamais eu confiance dans les chiffres donnés par le ministère de l’Intérieur ou par les organisateurs des manifestions. Castaner ose tout, c’est d’ailleurs à ça qu’on le reconnaît. S’il avait pu dire qu’il y avait eu cent-trente personnes dans toute la France, et ce sur vingt-sept ronds-points seulement, il l’aurait fait… Il y a mis les formes et donne un comptage à la dizaine près sans imaginer une seule seconde que pareil détail prouve que le chiffre est faux…

Michel Onfray

[1] https://www.arretsurimages.net/articles/marianne-ses-tres-hauts-salaires-et-sa-deleguee-syndicale-poussee-vers-la-sortie?id=4304

[2] https://www.lepoint.fr/economie/carburants-ou-vont-les-recettes-des-taxes-09-11-2018-2270172_28.php#

Sources : Michel Onfray.com
 https://michelonfray.com/interventions-hebdomadaires/une-semaine-en-jaune?fbclid=IwAR1d6Y2dXWzb5WI_LX9wOLp53a9FnUwY35dtvIT6P3_ulEUdTJLELj3Tn7g

mardi 27 novembre 2018

Ce que veulent réellement les gilets jaunes !


Que le gouvernement MACRON nous rendent nos retraites (CSG, taxes diverses, indexation des retraites sur l'inflation...)

Que le gouvernement MACRON s'occupe réellement des retraités pauvres, des étudiants pauvres, des travailleurs pauvres....hausse des allocations...

Que le gouvernement MACRON rétablisse l'ISF, l'Impôt sur la Fortune, les riches ont plus d'argent que les classes moyennes.

Que le gouvernement MACRON taxe les entreprise du CAC 40 à leur juste valeur.

Que le gouvernement MACRON arrête la taxation des carburants qui revient à taxer les plus pauvres.
Le carburant et en particulier le Gasoil est un faux problème, la voiture électrique détruit les terres rares et pollue autant dans la phase de recyclage.

Que les banques payent le déficit des retraites à la place des retraités. C'est possible, le gouvernement espagnol l'a fait.

Que le gouvernement MACRON fasse payer les constructeurs automobiles pour payer la transition énergétique. C'est à cause d'eux que nous avons  acheté des diesels.

Que le gouvernement ne diminue pas les retraites de réversion destinées aux femmes qui se retrouvent veuves et sans ressources !

Liste non exhaustive...

*********************************************************************************
Nous demandons une véritable démocratie parlementaire, où les représentants du peuple aient plus de pouvoir que le président (république présidentielle instaurée par De Gaulle)


Voilà nos véritables revendications sans l'interprétation des journalistes et des politiques, ce n'est pas le gas-oil qui nous intéresse , c'est le pouvoir du peuple et il est dans la rue !

Signé : Un gilet jaune parmi tant d'autres !

mercredi 14 novembre 2018

Dans les rues de Béziers par Chantal Rajic

Statue de Pépézuc

Dans les rues de Béziers,
j'ai retrouvé Pépé.
Il avait bien changé,
proche de l'antiquité.
Il avait pris une autre identité.
Quelle idée !
Pourtant c'est pas son truc,
il dit s'appeler Pépézuc 
et porte une perruque ;
peut-être celle de Mémé
qui lui aurait achetée
dans les rues de Béziers.
Chantal Rajic est art-thérapeute, artiste, membre de l'ARAT.

lundi 17 septembre 2018

Antoine de Maximy, parrain de Human Road Kangoo Tour !


Lors de la "Fiesta Flipo" qui a eu lieu à Pézenas, j'ai eu l'honneur et l'avantage de rencontrer Antoine de Maximy.

"Depuis 15 ans, Antoine de Maximy s'invite chez des étrangers partout dans le monde pour les besoins de son émission de voyage diffusée sur France 5, J'irai dormir chez vous. Tout au long des neuf saisons que compte le show, on l'a ainsi vu, seul avec ses deux caméras, explorer la planète et tenter de créer des liens avec les locaux afin chaque soir d'avoir un endroit où passer la nuit."

Mais qui est vraiment Antoine de Maximy ?

Biographie

"Issu d'une famille assez bohème avec deux parents artistes peintres soixante-huitards vivant à Lyon puis à Paris, Antoine de Maximy est l'aîné de quatre enfants1. Il redouble sa troisième et arrête ses études de seconde au lycée dont il se fait exclure, puis rejoint les rangs du cinéma des armées comme ingénieur du son pendant trois ans et y fait ses premiers pas dans la réalisation2.

De 1980 à 1983, il travaille comme grand reporter pour CBS News. Il est notamment envoyé à Beyrouth pendant la guerre civile, y réalisant un documentaire sur les Casques Bleus. Il couvre aussi la guerre Iran-Irak. Il y découvre son attrait pour l'aventure, le reportage de guerre, le voyage vers l'inconnu3.

Mais voyager dans un pays sans le visiter ne lui plaît pas. En 1983, il est engagé par une équipe de la Guilde européenne du raid pour réaliser le film de leur expédition en Amazonie4. Après cette expérience, il se dirige alors vers le journalisme scientifique et animalier où aventure, plaisir, culture et fascination sont mêlés, apprenant au fil des expéditions tous les métiers, cadreur, monteur, réalisateur. En 1994, en collaboration avec le réalisateur Jean-Yves Collet et l'aéronaute Dany Cleyet-Marrel, il invente la cinébulle, une montgolfière motorisée biplace de 1 400 ou 1 500 m3, spécialement conçue pour faire des prises de vue aériennes et adoptée par Nicolas Hulot5.

Réalisateur, présentateur et cameraman, il s'est rendu dans quatre-vingts pays en vingt ans de carrière. Spécialiste des voyages à l'étranger — actualités internationales, films animaliers et expéditions scientifiques — il a réalisé ou présenté une trentaine de documentaires, dont Animal Zone, Zone sauvage, Un radeau sur la forêt, Les nouveaux mondes et Emmenez-moi sur France 2 (coproduite avec le Guide du Routard), ainsi que Au-delà des dunes et J'irai dormir chez vous sur France 53.

C'est grâce à cette dernière émission qu'il obtient un véritable succès populaire. Doté d'un harnais portatif maintenant une caméra, il voyage seul dans divers pays et se fait héberger chez de parfaits inconnus parmi les autochtones. Généralement, les émissions se déroulent bien avec de belles rencontres et des gens hospitaliers mais Antoine de Maximy a aussi connu plusieurs moments critiques lors de ses reportages : en Bolivie où une fausse policière membre d'un gang tente de lui voler son matériel (la police et les passants interviennent mais de Maximy est contraint de quitter le pays car le gang le recherche), à Sainte-Lucie aux Caraïbes où une fusillade éclate non loin du café où il se trouve, à Inujjuaq au Québec où un Inuit drogué lui casse sa caméra, au Vanuatu où les habitants d'un village l'ont obligé à leur donner de l'argent pour l'héberger ou encore aux États-Unis lorsqu'il devient complètement ivre lors du Burning Man6.

En septembre 2016, Il rejoint l'équipe de chroniqueurs de l'émission La Cour des Grands, animée par Alessandra Sublet, sur Europe1.


Le 6 mars 2018, il participe à « La Veillée », événement où des personnes relatent leurs histoires extraordinaires sur scène devant un public. Il y narre sa jeunesse en tant que journaliste à Beyrouth en temps de guerre7."

Engagements
En 2012, à l'occasion de l'élection présidentielle française, il réalise une vidéo en faveur de l'espéranto : Si j'étais président8.

Vie privée
Dans ses reportages filmés de J'irai dormir chez vous, le téléspectateur vit au plus près d'Antoine de Maximy, préservant sa vie privée hors-caméras. Il descend d'une famille noble du Dauphiné, anoblie par « Lettres de relief » de décembre 16549. Il est le compagnon de Cécile depuis plusieurs années10.

Émissions présentées ou réalisées
Les nouveaux mondes (8 juillet 1999)
J'irai dormir chez vous
Zones sauvages 
2002 : Madagascar, l'odyssée des cimes
Un péquin à Pékin 
Pendant les Jeux olympiques d'été de 2008, il réalise Un péquin à Pékin, composé des petits épisodes tournés à Pékin et diffusés sur France 2.
J'irai faire le tour chez vous 
Pendant le Tour de France 2009, il réalise J'irai faire le tour chez vous, où il va à la rencontre des gens sur la route du tour. Composé de petits épisodes, ils sont diffusés sur France 2 dans L'après tour.
Givré à Vancouver 
Pendant les Jeux olympiques d'hiver de Vancouver, il réalise Givré à Vancouver, où il visite avec sa caméra Vancouver sous toutes ses formes, allant à la rencontre autant des touristes que des Canadiens. Cette émission est diffusée tous les jours durant les JO dans l'émission Avancouver.

Filmographie
Réalisateur
1982 : Rencontre avec Chomo
1992 : Alexandra David-Néel : du Sikkim au Tibet interdit, réalisé avec Jeanne Mascolo de Filippis
1997 : Inlandsis, dans le secret des glaces
1998 : La Civilisation perdue du Rio La Venta
1998 : Voyage d'automne, la migration des cigognes
1999 : Neblina, montagnes des brumes, réalisé avec Henri Herré
2003 : Nyiragongo, un volcan dans la ville
2008 : J'irai dormir à Hollywood
2011 : J'irai dormir à Bollywood
2013 : J'irai dormir chez l'Homme qui brûle

Scénariste
2008 : J'irai dormir à Hollywood
2011 : J'irai dormir à Bollywood
2013 : J'irai dormir chez l'Homme qui brûle
Acteur
1991 : Août (Réalisateur : Henri Herré)
Figurant
2000 : Le signe du singe, épisode 2/3, Singe de feu (Réalisateur : Gérard Vienne)
Auteur
2008 : Avant d'aller dormir chez vous, éditions Florent Massot
2011 : J'irai dormir chez vous, Carnets d'un voyageur taquin, édition La Martiniere Styles

2015 : J'irai dormir chez vous : Tome 2, édition La Martiniere Styles

Auteur
2008 : Avant d'aller dormir chez vous, éditions Florent Massot
2011 : J'irai dormir chez vous, Carnets d'un voyageur taquin, édition La Martiniere Styles

2015 : J'irai dormir chez vous : Tome 2, édition La Martiniere Styles

Antoine s'est prêté de bonne grâce au jeu des questions.
Je lui ai demandé des détails techniques sur sa façon de filmer et je lui ai présenté mon invention le Human Road Kangoo Tour !
Ce fut un échange fort sympathique !

Jean-Louis Aguilar-Anton 
Kangooman

Sources : 
https://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_de_Maximy
https://www.programme-tv.net/news/tv/209294-jirai-dormir-chez-vous-et-plus-si-affinites-les-revelations-coquines-dantoine-de-maximy-video/

mercredi 12 septembre 2018

Coaching : conditionnement et recyclage


De passage à Bagnères de Bigorre, (ça me rappelle le sketch  de Coluche de passage à Cajarc dans le schmilblick), je me suis rendu à une conférence sur le Coaching !


Enfin, le bonheur à portée de mains !

Deux coachs professionnels déroulent leur pelote sur scène, la mise en scène est rodée.
PowerPoint, musique, micros personnels, vêtements chic mais pas trop !

C'est le Coaching cognitivo-comportemental !
Ce n'est pas de l'accompagnement, ce n'est pas du soin. 
Des techniciens qui vous remettent sur les rails pour être toujours plus performants.


Vous voulez changer de vie, n'attendez plus passez au coaching !
Vous vous sentez barbouillé, emmêlé, le coach  vous apprend à tricoter votre vie.


Décryptage de la méthode :
Vous tourner en rond enfermé dans votre zone de confort ce qui vous rend malheureux, le coach va vous déconditionner pour vous reconditionner à votre nouvelle vie.
Cette méthode n'est pas sans rappeler notre ami Pavlov et le béhaviorisme. 

Apprenez à voler de vos propres ailes !

Le coaching cognitivo-comportemental participe à plein à recycler de l'humain pour alimenter la société de consommation.
Vous trouverez également le coach de vie, le coach sportif, le coach de développement personnel et même le coach art-thérapeute, qui dit mieux ?



Bien sur , il n'est plus question de transfert ni de thérapie !
Le coaching est basé sur l'avoir, il n'est jamais question de l'être au monde du sujet.

Jean-Louis Aguilar-Anton 
Art-thérapeute

dimanche 10 juin 2018

Au risque de la rencontre ...vivre ensemble !

Loin des réseaux virtuels, que l'on nomme "sociaux", mais qui sont plus (pour moi) sur le versant de la sociopathie que de la sociabilité, j'essaye d'atteindre votre part d'humanité !

J'en veux pour preuve cette anecdote, plusieurs "amis facebook" de Béziers m'ont contacté, j'ai répondu favorablement à leur demande d'amis.
Et, puisque nous habitons à Béziers, dans la même ville, je leur ai proposé d'aller boire un café ensemble sur les allées.

Ma proposition me parait honnête et sans ambiguïté.
Cependant, aucune personne n'a accepté de boire un café avec moi, au contraire, j'ai senti de la méfiance, une "amie fb" m'a répondu "quelle est votre demande ?"
Ce a quoi j'ai répondu "aucune, c'est seulement une rencontre entre deux êtres humains !" 

Nous entendons partout les théoriciens du vivre ensemble, nous donner des leçons pour vivre et nous développer ensemble. Nous voyons bien que dans la réalité du quotidien, c'est autre chose!

Jean-Louis Griguer (Psychiatre et phénoménologue), nous explique que l'événement précède la rencontre pour parvenir à l'instant T ici et maintenant dans le présent.
De cette rencontre nous ne savons pas de quoi elle sera faite, qu'il n'y pas de programmation de son contenu, qu'elle participe de l'aventure humaine, de l’indicible, de l’inénarrable...de tout ce qui fait la beauté de l'Humanité.


Ma Kangoo a des fourmis dans les jantes, je reprend la route pour une nouvelle tournée de l'Human Road Kangoo Tour (HRKT).

"J'irai vous rencontrer et dormir chez vous !" 

Le programme Human Road Kangoo Tour se propose de valoriser la rencontre, la communication interpersonnelle, la convivialité et l'amitié.

La règle du jeu : accueillir un étranger (moi) chez vous pendant un jour et une nuit !

Tournée "Saison 3" 2018:
Le 2 juillet chez Simona Boni à Toulouse
Le 3 juillet chez Catherine Mirande à St Emilion
Le 4 juillet chez Christine et JB à Bordeaux (Cap Ferret)
Le 5 juillet chez Sébastien Routier à Rochefort
Le 6 juillet chez Nicole Amade à Sauternes
Le 7 et 8 juillet chez Cathy et Christian à Langon
le 9 juillet chez Anita Rojas à Toulouse


Jean-Louis Aguilar-Anton / Kangooman